La mobilité, on en parle !

Changer la mobilité

Avec une émission TV et un manifeste, nous avons voulu passer un message sur la mobilité et donner une impulsion à une nouvelle façon de la penser, par et pour l’activité.

Spectateurs professionnels ou entrepreneurs, participants, internautes, utilisateurs de Twitter… Vous êtes nombreux à vous être d’ores et déjà emparés du sujet en visionnant et en relayant les échanges de notre table ronde, et en téléchargeant notre manifeste. En route pour la suite !

En chemin vers la mobilité de demain

BMA aura été un laboratoire à ciel ouvert pendant 4 ans, pour penser autrement et expérimenter autrement dans un paysage en pleine mutation.

En 2008, la loi de transition énergétique avait déjà mis en lumière les enjeux de la mobilité, qui relève à la fois de l’économie et de la santé publique, à un niveau planétaire. En clair, tout le monde doit se mettre au travail pour améliorer notre fonctionnement global : l’état, les collectivités, les entreprises et les habitants des territoires.

En 2012, la transformation numérique était au cœur des interrogations de nombreuses entreprises, aujourd’hui c’est sa mise en œuvre (et tout ce qu’elle implique) qui est sur le devant de la scène.

En 2018, le plan de mobilité va inciter les entreprises à reconsidérer la mobilité. Le point commun avec la démarche BMA ? Les deux peuvent être utilisés comme cadre pour développer de nouvelles formes de mobilité.

Pour engager les entreprises dans un système vertueux, BMA propose de comprendre le besoin de mobilité plutôt que penser « solution » en première intention.

Les 4 piliers de notre démarche :

  • faire de la mobilité une ressource
  • utiliser la réglementation
  • s’appuyer sur les expériences positives de BMA
  • générer une mobilisation collective

Coconstruire pour accompagner le changement

Comment faire de la transformation du monde qui nous entoure — et dont nous sommes également acteurs — un levier de développement ? En faisant évoluer notre état d’esprit pour accompagner le changement sur le terrain.

Co-construire, c’est aussi réussir à s’affranchir des carcans de l’entreprise et imaginer de nouvelles pistes de réflexion et de développement en s’appuyant sur la mobilité : celle qui existe déjà et celle qui est à créer.

En définitive, et Alain Somat nous l’a rappelé lors de l’émission, « Le changement, ça ne se décrète pas, ça se conduit et ça se partage » !